Quelle est la qualité
de l'eau du robinet à La Réunion ?

Traitement de l'eau

Les eaux destinées à la consommation humaine doivent subir un traitement de potabilisation adapté à la qualité de l’eau brute prélevée au captage.

Définition

Il est nécessaire de potabiliser les eaux brutes prélevées dans le milieu naturel pour garantir la livraison aux abonnés d’une eau conforme aux normes de qualité. Le traitement varie selon l’origine de l’eau, la variation temporelle de la qualité de la ressource et la qualité des matériaux du réseau. Les filières de potabilisation font appel à divers traitements physiques ou chimiques, qui sont traditionnellement classés selon trois niveaux :

  • Niveau 1 : soit directement dans l'aquifère, par pompage (puits ou forages). La nature géologique et chimique des terrains traversés lors de l'infiltration conditionne la qualité naturelle des eaux souterraines
  • Niveau 2 : La clarification et la désinfection : ce sont les phases minimales de traitement pour les eaux superficielles altérées de façon chronique par des matières particulaires ou des colloïdes en suspension. La clarification permet d’éliminer ces matières et d’assurer ainsi une parfaite désinfection de l’eau. On distingue 2 techniques de clarification :
    • la filière physico-chimique qui requiert des réactifs chimiques et comprend 3 étapes préalables à la désinfection : floculation - décantation - filtration (généralement sur sable) ;
    • la filière physique qui met en œuvre des membranes de très faible porosité.
  • Niveau 3 : L’affinage : certaines eaux de qualité dégradée nécessitent des traitements supplémentaires (cf. rétention sur charbon actif) pour éliminer des micropolluants organiques, des pesticides toxiques ou des métabolites générateurs de mauvais goût.

La clarification des eaux, une étape nécessaire pour toutes les eaux d'origine superficielle

La filière de potabilisation des eaux d’origine superficielle doit assurer en priorité une élimination efficace des particules en suspension responsables de la turbidité de l’eau (perte de limpidité).

En effet, la turbidité de l’eau engendre :

  • un obstacle aux opérations de désinfection :
    • d’une part, les matières en suspension colmatent les dispositifs de chloration fonctionnant avec du chlore gazeux ;
    • d’autre part, les particules de matières offrent une protection aux micro-organismes contre les agents désinfectants (effet « parapluie »).
  • l’introduction, dans les réseaux, de matières insolubles sur lesquelles peuvent être adsorbés des germes ainsi que des micropolluants (résidus d’engrais ou de pesticides). Ces matières particulaires s’accumulent aux points bas des canalisations et engendrent des phénomènes de relargage, qui continuent de dégrader la qualité de l’eau distribuée, bien après leur intrusion.

La clarification constitue un moyen efficace pour d’une part éliminer l’aspect trouble de l’eau et d’autre part assurer une bonne désinfection.

Actuellement à La Réunion, 57% de la population est alimentée en tout ou partie par une eau dont la qualité microbiologique n’est pas maitrisée en permanence.